Cyprès et lauriers est une œuvre concertante pour orgue et orchestre composée par Camille Saint-Saëns.

Contexte[modifier | modifier le wikicode]

Cet œuvre, opus 156 de Saint-Saëns, a été créée en 1919 afin de célébrer la victoire des Alliés dans la Première Guerre mondiale. Elle est dédiée au président de la République de l'époque, Raymond Poincaré.

Instrumentation[modifier | modifier le wikicode]

Soliste
  • orgue solo
Bois
  • 2 flûtes ; 1 piccolo
  • 2 hautbois
  • 2 clarinettes en la
  • 2 bassons ; 1 contrebasson
Cuivres
  • 4 cors en fa
  • 3 trompettes en ut
  • 3 trombones
  • 1 tuba
Percussions
  • timbales
  • triangle, tambour, cymbales, grosse caisse
Cordes
  • 1ers et 2nds violons
  • altos
  • violoncelles
  • contrebasses
  • harpe

Structure[modifier | modifier le wikicode]

Cette œuvre, que l'on peut qualifier de concerto pour orgue, est composée de 2 mouvements qui s'enchaînent attacca.

I. Cyprès[modifier | modifier le wikicode]

  • Indications métronomiques : Poco adagio
  • Indications métriques :
  • Tonalité :

Le premier mouvement, Cyprès, est une longue pièce sombre, funèbre, douloureuse, au tempo lent. Par souci de sobriété, elle est composée pour orgue seul : elle exprime le deuil des soldats morts au combat, symbolisé par le cyprès, l’arbre des cimetières.

II. Lauriers[modifier | modifier le wikicode]

  • Indications métronomiques : Allegro non troppo
  • Indications métriques :
  • Tonalité :

L'orchestre fait son entrée sur ce mouvement, dénommé Lauriers : il y a un jeu édifiant et enjoué entre l'orgue et orchestre, qui rappelle une marche militaire mettant en scène les cuivres ainsi qu'un grand ensemble de percussions.

Réception et critiques[modifier | modifier le wikicode]

Bien qu'elle soit l'une de ses compositions les plus insolites, ce concerto n'a pas obtenu le même statut que la 3ème symphonie « avec orgue », écrite pour ensemble similaire 31 ans plus tôt. C'est peut-être parce que Cyprès et Lauriers est plus bref et sa nature nettement moins profonde et radicale que la symphonie sus-nommée. La place de l'orgue y est aussi différente : l'orgue est intégré en tant que membre de l'ensemble orchestral dans la symphonie, alors que dans Cyprès et Lauriers est structuré sous la forme traditionnelle du concerto avec l'orgue en tant que soliste.

Autres versions[modifier | modifier le wikicode]

  • Version pour 2 pianos de la main du compositeur

Enregistrements notables[modifier | modifier le wikicode]

  • Matthias Eisenberg, Orchestre du Capitole de Toulouse, Michel Plasson
  • Ian Tracey, BBC Philharmonic Orchestra, Rumon Gamba

Liens[modifier | modifier le wikicode]

Liens audio et video[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .